LE CORTON-CHARLEMAGNE              
                                     ( GRAND CRU DE BOURGOGNE )                        


   L'aire de production  :  Elle se trouve répartie sur les communes d'Aloxe-Corton, de Pernand-Vergelesses et de Ladoix-Serrigny.
                                               Elle englobe le Grand Cru Charlemagne, appellation qui n'est plus revendiquée aujourd'hui.

                           


                            Sa superficie est de   52,44 ha, soit 1 259 ouvrées, situé entre   280 et   330 mètres d'altitude, avec des pentes de  20 à   23 %.
                            Le terroir est constitué de bancs calcaires alternant avec des marnes riches en argile.
                            Cette vigne fut offerte en  775 par l'empereur Charlemagne à la Collégiale Saint-Andoche de Saulieu qui la posséda plus de mille ans.


Les vins  :  Aujourd'hui,  54 maisons de vins se partagent la production.
                           Au choix du producteur, certaines parcelles peuvent bénéficier de l'appellation Corton ( vins rouges ), ou de l'appellation Corton-Charlemagne ( vins blancs ).


Le Corton-Charlemagne blanc :  C'est un vin or pâle orné de reflets verts dans sa jeunesse, puis avec l'âge il prend des nuances ambrées et plus jaunes.
                          Son bouquet, d'une infinie délicatesse, exprime sur des tonalités beurrées la pomme au four, les agrumes, le tilleul, la cannelle et le silex.
                          Dans les millésimes plus anciens ( plus de  20 ans ) on peut trouver des notes miellées avec du cuir et de la truffe.
                          En bouche, le vin est d'une richesse virulente, étonnant par sa concentration, sa distinction et son équilibre, marqué par une acidité remarquable, parfaitement maîtrisée.
                          Le Corton-Charlemagne sera associé à des mets aromatiques et délicats : le foie gras, les crustacés nobles, les volailles et le veau en sauce blanche, ou les fromages bleus.




                                        (  Le millésime 2000  dégusté à l'aveugle par l'AOC GUILERS en février 2013 dég. n° 162 ).            

                                                            Vins et Châteaux  page précédente                 
                                                            Vins et Châteaux  page suivante